[FR] Drug War de Johnnie To (2013)

Depuis la création de sa société de production Milyway Image en 1996, Johnnie To est à juste titre, considéré comme l’un des plus grands réalisateurs de Hong Kong. Un statut qui a atteint une envergure internationale depuis les sélections cannoises de son polar spectaculaire Breaking News (2004) et ses chroniques mafieuses violemment réalistes Election (2005) et Election 2 (2006). La chance que nous avons, nous occidentaux, concernant les films de Johnnie To, c’est que seul le meilleur de la filmographie du cinéaste (qui alterne régulièrement comédies romantiques indigestes ultra commerciales et œuvres personnelles très sombres et viriles)  réussit à passer les frontières asiatiques; l’inégal mais néanmoins intéressant Vengeance (2009) avec Johnnie Halliday étant bien entendu une exception.

 drugwar01

Conférence de presse de Drug War au FILMART 2013

Présenté en première mondiale au festival de Rome en novembre 2012, Drug War fut doublement projeté en mars 2013 durant l’Entertainment Expo Hong Kong (à la fois au festival - HKIFF – et au marché du film – FILMART) dont il fut l’une des surprises cinématographiques les plus réjouissantes. Quelques semaines plus tard, le film triomphia en France au Festival du Film Policier de Beaune en récoltant deux prix majeurs : le Grand Prix et le Prix de la Critique.

 

drugwar08

L’équipe de Drug War lors de la première au HKIFF 2013

Premier polar de Johnnie To entièrement tourné en Chine Continentale et financé par des sociétés « Mainland », Drug War est un véritable tour de force dans la mesure où malgré un système très compliqué et restrictif imposé pour obtenir la validation d’un projet cinématographique par le gouvernement chinois, le cinéaste a réussi de façon hallucinante à livrer un film renre-dedans et sans compromis comme s’il était encore « chez lui ».

 drugwar09  Louis Koo est Choi Ting-ming

Fait intéressant, le personnage principal négatif – euphémisme – de Drug War, Choi Tin-ming, incarné par Louis Koo (Judo, Election 1 & 2, Accident) est le seul hongkongais de l’histoire. Dealer ayant survécu à l’explosion de son usine de coke à Jinhai (nord-east de la Chine), contrairement à sa femme et ses frères, Tin-ming se voit obligé après une tentative d’évasion ratée, de collaborer avec la brigade anti-drogue mené par le très tenace capitaine Zhang Lei (exceptionnel Sun Honglei, vu précédemment dans Seven Swords et Triangle), pour échapper à une lourde peine qui pourrait au besoin aller jusqu’à la peine de mort.

drugwar12

Sun Honglei est Zhang Lei

 

Choi Ting-ming va donc dans un premier temps permettre à  Zhang Lei d’infiltrer le milieu des trafiquants en présentant ce dernier à un acheteur extravagant très justement surnommé HaHa (Hao Ping). Lors de la rencontre, Zhang Lei se fait passer pour un vendeur nommé Shuchang. Après avoir bien mémorisé son comportement, le policier se fait en suite passer pour HaHa auprès du vrai Shuchang (Tan Kai) dans le but d’approcher un plus gros poisson. Un certain Oncle Bill…

drugwar11Le dealer et le flic

« En Chine, je fais ce qui me plait » est une phrase que l’on pourrait imaginer sortant de la bouche de Johnnie To, tellement il semble évident que Drug War est un polar 100% Milkyway. Œuvre majeure à placer aux cotés de ses précédents classiques tels que The Mission, The Longest Nite ou PTU, Drug War est également un des films les plus sombres, pessimistes et radicaux du cinéaste, qui allie le réalisme, l’intensité dramatique et la rigueur narrative des Election à quelques scènes très spectaculaires – le final est un hallucinant morceau d’anthologie – tout aussi réalistes qui sont plus dans la lignée d’un The Way of the Gun (ambiance sèche, et déroulement en temps réel façon William Friedkin) que d’un Exilés (ralentis stylisés à la Sam Peckinpah).

Frédéric Ambroisine

NB: Si dessous, d’autres photos prise durant la conférence de presse de Drug War au FILMART 2013.

drugwar02Lam Suet

 

drugwar04 Guo Tao

drugwar05Gordon Lam Ka-tung

 

drugwar03Eddie Cheung Siu-Fai